Paroles

PDF
Vous êtes ici :

Paroles d'un diplômé par la VAEPhilippe Saccharin - Diplôme National d'Oenologue INP de Toulouse

Portrait de Philippe Saccharin VAE Diplôme National d'Oenologue

Philippe Saccharin a démarré sa VAE en trombe ! Arrivé au pôle de validation en janvier 2013, malgré un délai très court pour finaliser le dossier de Phase 1, il n’en démord pas. Le contrat de phase 1 est signé en janvier, le dossier est finalisé et soumis à la commission en février 2013. L’avis de recevabilité est favorable et de là, il entame une phase 2 bien rythmée. Philippe passe en jury en juillet 2013 !

Cette volonté, Philippe l’a toujours eue en lui. Suite à un bac S en 1996, il effectue le service militaire Après quelques années sur un poste d’ouvrier agricole, il décide de reprendre ses études et suit le BTSA Viticulture-Œnologie en apprentissage pendant 2 ans. Il obtient le diplôme en 2000 et est embauché comme agent technique, puis chef de culture et enfin technicien expérimentateur.

Après 13 ans d’expériences professionnelles approfondies dans le domaine de la viticulture et de l’œnologie, Philippe décide de faire une VAE afin d’obtenir le diplôme national d’œnologue. En septembre 2013, suite à la décision de validation partielle du jury, il reprend des études et valide les modules prescrits en formation continue. L’attestation de réussite au diplôme national d’œnologue lui sera remise en juin 2014, en attendant le diplôme officiel.

« Cela a représenté beaucoup d’investissement sur le moment. Pendant un an et demi, je me suis concentré sur l’obtention du diplôme et j’ai tout mis en œuvre pour le réussir. Mon entreprise m’a soutenu en finançant la VAE et en me libérant du temps. Malheureusement, il n’y avait pas d’évolution de poste en interne à la clé. Actuellement, je suis en phase de transition et à la recherche d’un poste orienté vers la production. »

La VAE qu’est-ce que ça vous a apporté ?

« Eh bien, quelque part, pour moi, la VAE elle n’est pas finie. Tant que ça n’aboutira pas sur quelque chose de concret, soit une évolution professionnelle, soit une passerelle vers des postes prometteurs, je resterai sur ma faim. Le diplôme c’est bien mais c’est un moyen. C’est ce qui nous permet de faire quelque chose avec laquelle on est en phase, qu’on a envie de faire et qui correspond au niveau de compétences acquis. »

Paroles d'un diplômé par la VAEGuillaume Pince - Diplôme d'Ingénieur INSA Informatique et Réseaux

Photo de Guillaume Pince, diplômé Ingénieur INSA de Toulouse par la VAE

Titulaire d’un DUT Informatique et exerçant depuis plus de 10 ans, j’ai évolué de technicien à cadre en interne en entreprise. Suite à un licenciement économique, il m’a été très difficile de trouver un poste équivalent à mon poste précédent pour lequel je n’avais pas le diplôme correspondant.

Apres plusieurs mois de réflexion et souhaitant intégrer un grand groupe aérospatial pour lequel le diplôme est impératif, j’ai décidé de faire une VAE afin d’obtenir la reconnaissance de mes pairs et un diplôme d’ingénieur.

Le parcours VAE est long et compliqué. Il faut combiner introspection dès la phase 1 et préparation de son mémoire lors de la phase 2. Cela se rajoute au travail et à la vie de famille et ensuite il y a les compléments à suivre lors de la phase 3 – pour moi cela a été la reprise d’études pendant deux ans.

Mais le travail en vaut la chandelle. Outre la satisfaction personnelle d’obtenir son diplôme, la VAE m’a permis de m’enrichir personnellement et professionnellement grâce à tout ce que j’ai appris, sur moi et au cours de la phase 3.

Le diplôme ingénieur informatique INSA que j’ai obtenu est pour moi la reconnaissance de mes compétences professionnelles. Aujourd’hui, j’ai changé d’entreprise et je suis totalement épanoui sur mon poste actuel.

 

Paroles d'un diplômé par la VAEOlivier Canton - diplômé Ingénieur ENIT

L’élaboration de ce dossier VAE a été intellectuellement très stimulante. La démarche de structuration des idées et le travail rédactionnel qui en découle ont été une expérience unique demandant beaucoup de concentration et nécessitant un travail de réflexion important. Cela m’a permis de me remémorer les différentes activités que j’ai eu à mener tout au cours de ma carrière professionnelle et avec le recul, de mieux percevoir le chemin parcouru et les compétences acquises tout au long de ces années.
Aussi, je suis très satisfait par l’analyse approfondie de mon expérience. Elle confirme encore davantage le fait qu’il était bénéfique et nécessaire d’entreprendre cette démarche VAE et ce, aussi bien sur le plan personnel que professionnel. Je suis convaincu qu’elle s’avérera très utile pour la suite et j’encourage vivement quiconque souhaiterait faire cette démarche.

Paroles d'un diplômé par la VAEFabien Rouvayrolle - diplômé Ingénieur ENIT

En ce qui me concerne, il était difficile de transposer les compétences acquises durant mes années en tant que militaire et pilote d’hélicoptères directement au milieu industriel.

Apres avoir fait un bilan de compétences qui m’a orienté rapidement vers les techniques et la gestion de production (gestion de moyens humains et matériels, réactivité, utilisation de processus, etc.) j’ai suivi un stage APEC pour apprendre à formaliser les entretiens dans le cadre « civil ».

Néanmoins il est clairement apparu que, si je désirais rester cadre et accéder à moyen terme à des fonctions somme toute équivalentes aux postes que j’occupais précédemment, le diplôme d’ingénieur s’imposait comme une étape importante !

Pour cela, il me fallait obtenir :

- une crédibilité rassurante pour l’employeur (chômage durant la moitié de la Phase 2),

- une reconnaissance de mes compétences,

- une réussite de la bascule du milieu de l’aéronautique militaire au milieu industriel.

 

C’est bien durant la Phase 2 de la VAE que ce travail s’est, pour ma part, pleinement mis en place :

 

- travail de groupe (profils divers),

- valorisation de mes expériences et expertises,

- formalisation des attendus industriels,

- adaptation de mes outils précédemment utilisés (méthodes, diagrammes etc.) au milieu industriel,

- adaptation de mes modes de pensée et de réflexion.

Rendre le mémoire conforme en temps et en heure constitue en lui-même un acte essentiel de la validation du diplôme d’ingénieur. Les rendez-vous successifs (quasi-mensuels) permettent de jalonner cette progression et ont toujours constitué des moments particulièrement importants et enrichissants.

Au bilan, si de très nombreux échanges et questionnements perduraient encore à quelques jours de l’échéance de la soutenance (c’est très sain et il en est de même en gestion de projet) tous les candidats de la Promotion VAE 2016 ont vu leur progression validée par une admission en Phase 3.

J’avais invité mon directeur de production et ma DRH à assister à cette soutenance. Seul le premier a pu se libérer et il a pu constater le bien-fondé de cette VAE et le niveau atteint. Ma réussite et mon implication ont d’ailleurs été reconnus et plébiscités dans mon entreprise

L’accompagnement et l’organisation de grande qualité (CRIVA et ENIT) au sein d’une école d’ingénieur reconnue et les moyens consentis font de cette VAE, à mon avis, l’une des plus efficaces et des plus crédibles aujourd’hui au niveau national.

Paroles d'un diplômé par la VAEJean-François Labrunie - diplôme Ingénieur ENIT

Après quatorze ans passés dans un bureau d’études spécialisé dans le pétrole et le gaz en mer, j’ai décidé de quitter ma société pour me consacrer pleinement à mon projet d’évolution professionnelle.

Suite à une recherche exhaustive des offres de VAE, j’ai choisi le CRIVA car la procédure inter-écoles d’instruction des dossiers et l’accompagnement des participants sont très solides. Le choix de l’ENIT s’est ensuite imposé en raison du domaine et de la thématique du diplôme que je vise.

Aussi, j’habite à Nice et je dois me rendre à Tarbes une fois par mois dans le cadre de la VAE. Même si la distance entre ces deux villes génère des complications logistiques, je ne regrette pas mon choix car l’accompagnement de l’ENIT est sérieux et professionnel.  

Voilà pourquoi je me suis engagé dans cette quête de la connaissance sur moi-même dans le but de prouver mes aptitudes à être diplômé et de retrouver un emploi de cadre.

Enfin, je vous conseille cette expérience car c’est une véritable démarche d’introspection professionnelle durant laquelle vous apprendrez à vous connaitre, à réaliser un bilan du passé et à mieux vous projeter dans le futur.

Par Poonam JHOWRY (poonam.jhowry @ inp-toulouse.fr)